Le Réflexe Plantaire

Le réflexe plantaire se met en marche in utero et est totalement présent à la naissance. Il est généralement intégré entre le quatrième et le sixième mois. Le réflexe plantaire est semblable au réflexe palmaire, dans le sens où caresser ou appuyer sur la partie antérieure de la plante du pied génère un repli du pied et des orteils, comme pour agripper l’objet, quel qu’il soit, ayant occasionné le stimulus. Le réflexe plantaire est lié aux mouvements et à la coordination des petits muscles du pied, et s’avère être à l’origine de nombreux mouvements de motricité globale de l’enfant.

Une fois que l’enfant se met debout et marche, il est impératif que le pied ait développé une réaction d’extension à la pression sur la partie antérieure du pied, pour fournir le mouvement de poussée nécessaire à la marche. Étant donné que l’acte de marcher est basé sur une parfaite harmonie des contractions/relaxations rythmiques des muscles à travers le corps, des perturbations dans la façon de marcher peuvent contribuer à l’apparition de microtraumatismes récurrents de toutes sortes, qui peuvent être soulagés par une correction du réflexe plantaire.

Si le réflexe plantaire est retenu, le sens de l’équilibre et la marche sont affectés. Un enfant peut mettre plus longtemps à apprendre à marcher, courir de manière bizarre et/ou avoir un mauvais sens de l’équilibre. Chez certains jeunes enfants, les orteils se recroquevillent parfois sous la plante lorsqu’ils portent des chaussures, rendant difficile le fait de les enfiler. Les enfants plus âgés rencontreront des difficultés en sports tels que le football, qui demande un certain équilibre et de la coordination en courant. Les adultes se plaindront souvent de douleurs dans le bas du dos, exacerbées lorsqu’ils marchent, se tiennent debout, ou les deux. Les ongles incarnés, les douleurs dans les tibias et les entorses récurrentes des chevilles sont également des symptômes d’un possible réflexe plantaire retenu.