Le Réflexe de Paralysie par la Peur – RPP

Le Réflexe de Paralysie par la Peur se met en fonctionnement très tôt après la conception et devrait être, en principe, intégré avant la naissance. Il se manifeste dans l’utérus par des mouvements de la tête, du cou et du corps en réaction à une menace. Il est parfois appelé réflexe de retrait plutôt que réflexe archaïque.

Si ce réflexe persiste après la naissance, il peut se manifester par un retrait, une réticence à s’impliquer dans quelque chose de nouveau, la peur d’un environnement différent. L’enfant est souvent décrit comme étant peureux et est fréquemment la cible des moqueries d’autres enfants plus audacieux.

Le ‘retrait’ n’est pas nécessairement un retrait calme. L’enfant peut pousser de longs cris forts lorsqu’il se trouve face à une nouvelle situation ou s’il se sent menacé. Une enseignante a raconté qu’un de ses élèves s’était levé et s’était mis à crier jusqu’à devenir pâle et s’évanouir, uniquement parce qu’il avait été transféré à une nouvelle salle de classe. Ce comportement s’avère être dû à l’imbrication du réflexe dans le système nerveux parasympathique. La plupart d’entre nous connaissent bien la sensation de montée d’adrénaline du système nerveux sympathique dans les situations de «sauve-qui-peut», cependant le RPP s’appuie sur le système opposé, obligeant le corps à rester figé. Le système nerveux parasympathique est étroitement lié au nerf vague. Ce nerf part directement du cerveau pour contrôler les organes. Il ne passe pas par la moelle épinière, afin qu’en cas de lésion de la colonne, nous puissions continuer à digérer la nourriture. Il peut arriver que le nerf vague soit mécaniquement coincé dans le crâne, la cage thoracique, l’abdomen ou le cou. La libération de ce nerf corrige alors un facteur physique qui contribue à la rétention du RPP.

La Mort Subite du Nourrisson (MSN), le mutisme sélectif, l’hypersensibilité aux informations sensorielles et les troubles de panique peuvent être liés à une rétention du RPP au-delà de la naissance. Du fait d’être le premier réflexe à se mettre en marche et normalement le premier à être intégré, le RPP retenu perturbe fréquemment l’assimilation d’autres réflexes archaïques.